Notions sur les orchidées européennes.

  

Les orchidées sont des plantes "jeunes" et au vu de la rareté des traces fossiles, estimer un âge d'apparition n'est pas aisé. On situe donc leur émergence entre 20 et 100 millions d'années alors que les premières plantes à fleurs auraient au moins 150 millions d'années.

 

Généralités :

Elles ont une tige unique sans ramifications, droite, et une inflorescence multiple. Les tiges sont lisses ou duveteuses et portent les feuilles.

Les feuilles sont nervurés dans le sens de la longueur et allongées. (sauf Goodyera repens qui a des feuilles plus complexes). Partant toutes de la base pour former une rosette ou réparties le long de la tige, elles sont parfois réduites à leur plus simple expression et engainantes. 

Les racines sont diverses : tubercules ou rhizomes. En France et en Europe, les orchidées sont terrestres, les racines ou les bulbes restent sous terre, les feuilles sont parfois permanentes  ou semi permanentes. Les tiges et les fleurs n'apparaissent que pour une courte période de floraison. 

Les fleurs ont une symétrie bilatérale comme un visage (et non radiale comme par ex : pâquerette, rose). Il y a toujours 3 sépales (en arrière) et 3 pétales (en avant) qui constituent le périanthe mais leur présentation s'avère complexe et offre une diversité étonnante : chaque espèce a sa propre organisation florale quand ce n'est pas chaque individu même qui varie sur certains critères. 

Sur les 3 pétales, les deux latéraux sont identiques mais celui du milieu est nommé labelle et vient généralement en avant (un peu comme une langue). Souvent très coloré et structuré, il participe indirectement à la pollinisation de la fleur en servant de "piste d'atterrissage" pour les insectes.

La couleur des fleurs est généralement rouge, pourpre, rose ou blanc. Mais on trouvera quelques espèces à fleurs jaunes. Certaines fleurs peuvent être hypochromes (perte partielle ou quasi-totale de la pigmentation) et à contrario hyperchrome avec un renforcement inhabituel des colorants violets.

Biotope :

Les orchidées en Europe sont terrestres et ont un  système racinaire dans le sol à la différence des orchidées tropicales dont une grande partie d'espèces sont épiphytes (elles ont des racines aériennes et vivent sur des branches ou troncs d'arbres) ou lithophytes (vivent à la surface des roches). Une majorité d'espèces d'orchidées affectionne les terrains calcaires et souvent pauvres (pelouses calcaires, friches, maquis, prairies rases entretenues par le bétail ou bords de routes). Quelques unes se trouveront en terrain humide et acide (prairies partiellement inondées ou suintantes, bord de roselières ou de marais) ou à l'ombre en forêt. On ne les trouvera donc pas dans les terrains cultivés et les terres trop riches ou amendées par des engrais mais quelques années de jachère et des orchidées peuvent apparaître.

Reproduction : 

Les orchidées sont sexuées et sauf  pour de rares exceptions, ont besoin d'insectes pollinisateurs pour leur reproduction. Ces insectes sont parfois d'une espèce unique compte tenu de leur morphologie particulière ou d'espèces multiples pour garantir de plus grandes chances d'être pollinisé. Les pollens des orchidées sont regroupées en petites masses qui viennent se coller sur le front des insectes puis sont redeposés  sur les organes femelles d'une autre fleur. Très peu d'orchidées sont nectarifères (ce qui attire les insectes en principe), ce sont donc les couleurs, les formes et les phéromones qui joueront de leur attirance dans ce cas.

 

 

La variabilité dans les espèces :

  •  la tailles des plantes varie énormément et une orchidée de la même espèce pourra mesurer moins de 10 cm ou monter jusqu'à 50 cm.

  • le nombre de fleurs n'est pas constant : le Sabot de Venus porte normalement une fleur, parfois deux mais pour une autre espèce, ce peut être 10 ou 50.

  • la forme des fleurs connaît aussi une grande variabilité mais pas leur taille qui est plutôt constante.

  • la couleur des fleurs pour une même espèce est normalement constante mais la tonalité peut être plus ou moins foncée. Pour les Ophrys, ce sont les dessins du labelle qui varieront énormément. Une espèce (Dactylorhiza sambucina) a des pieds à fleurs mauves ou jaunes, les 2 teintes cohabitant généralement. 

 

Combien d'orchidées en France ?

Les différents genres avec les espèces les plus courantes sont listés plus bas.

En France, on compte 27 genres pour environ 160 espèces.

13 genres ne sont représentés que par 1 espèce souvent rare à très rare. 10 genres sont représentés par 3 à 50 espèces.

La validité de certaines espèces fait débat, certaines d'entre elles ne seraient que des sous-espèces, voire des variétés régionales ou des isolats géographiques à floraisons décalées. En principe, la définition d'une espèce tient à son isolement génétique et à sa non hybridation naturelle avec d'autres. Au niveau européen, nombres d'espèces du même genre s'hybrident spontanément et on trouve même différents genres hybridés, on pourra donc légitimement s'interroger sur cette propension à nommer une orchidée dès lors que des caractéristiques morphologiques diffèrent ou qu'une floraison est décalée dans le temps. Ce site ne cherchant pas à alimenter une polémique sur un sujet pourtant essentiel, je reprendrai quasi scrupuleusement la nomenclature la plus actuelle possible afin de ne pas perdre les recherches et les déterminations d'espèces. 

 

  • Genre Orchis (Orchis militaris, Orchis purpurea, Orchis simia, Orchis anthropophora, Orchis mascula). Env 13 espèces en France.

  • Genre Ophrys (Ophrys apifera, Ophrys araneola, Ophrys aranifera, Ophrys fuciflora, Ophrys insectifera, Ophrys scolopax). Env 50 espèces en France. Communes à très rares, nombres d'espèces ne sont peut être que des variations régionales.

  • Genre Dactylorhiza (Dactylorhiza fuchsii, Dactylorhiza maculata, Dactylorhiza incarnata, Dactylorhiza sambucina). Env 20 espèces en France. Communes à rares.

  • Genre Epipactis (Epipactis atrorubens, Epipactis helleborine, Epipactis muelleri). 17 espèces de communes à rares et régionales.

  • Genre Anacamptis (Anacamptis pyramidalis, Anacamptis morio). Env 10 espèces en France. Communes sur presque toutes les régions.

  • Genre Serapias (Serapias lingua, Serapias vomeracea). Env 8 espèces plus ou moins rares et localisées.

  • Genre Cephalanthère (Cephalanthera damasonium, Cephalanthera longifolia, Cephalanthera rubra). 3 espèces plutôt communes mais parfois régionales.

  • Genre Gymnadenia (Gymnadenia conopsea, Gymnadenia rhellicani). 8 espèces en France plus ou moins rares et localisées.

  • Genre Platanthera (Plantanthera bifolia, Plantanthera chlorantha). 3 espèces en France. Communes et largement répandues pour les espèces citées.

  • Genre Neotinea (Neotinea maculata, Neotinea ustulata, Neotinea tridentata, Neotinea lactae). Env 6 espèces plus ou moins rares ou localisées.

  • Genre Himantoglossum (Himantoglossum hircinum, Himantoglossum robertanium). 2 espèces communes dont une localisée.

  • Genre Listera (Listera ovata, Listera cordata). 2 espèces dont 1 commune et 1 régionale.

  • Genre Spiranthes (Spiranthes spiralis). 2 espèces rares mais répandues géographiquement.

  • Genre Limodorum (Limodorum abortivum). 2 espèces dont 1 commune et 1 régionale.

  • Genre Cypripedium (Cypripedium calceolus = Sabot de Venus). 1 seule espèce en France. Rare et localisée.

  • Genre Goodyera (Goodyera repens). 1 espèce commune.

  • Genre Neottia (Neottia nidus-avis). 1 espèce commune.

  • Genre Coeloglossum (Coeloglossum viride). 1 seule espèce en France. Plus ou moins rare et localisée.

  • Genre Herminium (Herminium monorchis). 1 seule espèce en France. Rare et localisée.

  • Genre Epipogium (Epipogium aphyllum). 1 espèce rare.

  • Genre Liparis (Liparis loeselii). 1 espèce rare.

  • Genre Corallorhiza (Corallorhiza trifida). 1 espèce rare.

  • Genre Hammarbya (Hammarbya paludosa). 1 espèce rare.

  • Genre Gennaria (Genaria diphylla). 1  seule espèce en France. Extrêmement rare (Corse)

  • Genre Chamorchis (Chamorchis alpina). 1 seule espèce en France. Rare et localisée.

  • Genre Traunsteinera (Traunsteinera globosa). 1 seule espèce en France. Rare et localisée.

  • Genre Pseudorchis (Pseudorchis albida). 1 seule espèce en France. Peu commune et moyennement répandue.

 

Et en Europe ?  (en construction, merci de patienter :-) )

Quand et où observer les orchidées ? (en construction, merci de patienter :-))

Description sommaire d'un Ophrys afin de se familiariser avec les éléments descriptifs.

Facebook                     Instagram                     Twitter

© 2020 par Pascal decologne
Créé avec Wix.com