Dactylorhiza sambucina. Orchis sureau. Elder flowered orchid.

Certaines Dactylorhiza donneront du fil à retordre quant à leur identification car chaque espèce varie et les hybrides sont fréquents. Dans certaines régions, ces hybrides seraient plus nombreux que les espèces type. Observer les Dactylorhiza, c'est la démonstration qu'une fois de plus, certains spécialistes ont tendance à segmenter et nommer ce qui ne sont parfois que variétés. L'évolution est en marche certes mais cela ne se fera pas à l'échelle de l'humanité actuelle. Patience ! 

Je ne présenterai donc que peu d'espèces, celles dont l'identification reste sure.

Dactylorhiza sambucina est une plante trapue qu'on rencontrera sur substrats humides mais pas détrempés, neutres à légèrement acide. On la trouvera aussi plutôt en altitude, entre 500 et 1500 mètres. Alors qu'habituellement, on tend à nommer chaque variation, pour cette espèce qui a la particularité d'avoir des fleurs jaunâtres ou rougeatres, le consensus qui consiste à conserver un seul nom prévaut bien qu'on puisse observer de subtiles différences morphologiques entre les deux variétés. Parfois une couleur l'emporte largement dans une station d'Orchis sureau mais en principe on trouvera quasi systématiquement les deux ensemble dans des proportions qui pourront varier. Cette cohabitation permet une identification rapide. Confusion possible avec l'Orchis provincialis pour la variété jaune. Mais l'O provincialis est plus grêle avec des fleurs plus espacées. La présence de bractées (pièces florales ressemblant à des feuilles et disséminées dans l'inflorescence de l'Orchis sureau est aussi un élément de différenciation. Ces bractées sont vertes lorsque la fleur est jaune et pourpres lorsqu'elle est rouge. Confusion possible avec l'Orchis mascula pour la variété rouge et ce sont aussi les bractées qui permettront de les identifier car peu visibles chez O mascula.  Cette dernière a souvent les feuilles maculées et partant de la base et D sambucina a des feuilles sans tâches et dont certaines se trouvent sur la tige. L'inflorescence est plus ramassée, compacte chez D Sambucina et plus élancée chez O mascula. La pigmentation au centre du labelle est très variable, présente ou non et ne constitue pas un critère fiable. Le labelle est parfois replié et parfois étalé et assez large, c'est donc un élément peu probant.

Cliquer sur les photos pour agrandir

Facebook                     Instagram                     Twitter

© 2020 par Pascal decologne
Créé avec Wix.com